Vous êtes ici

Pouss'culture

POUSS'CULTURE

Dans l’Hérault, le programme Pouss’Culture permet aux jeunes accueillis en foyer et dans les Maisons d’Enfants à Caractère Social de découvrir différentes pratiques artistiques.

Le programme se décline de plusieurs manières : ateliers de pratiques artistiques, accueil d'un spectacle au sein des établissements, sorties spectacles dans les lieux de diffusion du territoire, suivi d'une création.

Ces projets ont vocation à développer l’imaginaire des enfants et à les entraîner dans une dynamique personnelle d’autonomisation et de réussite.

« Parce qu'elle émancipe et rassemble, la culture doit être accessible et ouverte à tous les publics ».

​Renaud Calvat, Vice-président délégué à l'éducation et à la culture

Petit coup de pouce

A la MECS Jean Gailhac de Béziers, les enfants travaillent depuis deux ans avec l’artiste Charly Astié (du groupe zOrozora) à travers des ateliers d’écriture, chant, human beatbox et théâtre. En direct du festival d’Avignon, Charly confirme : « Mettre en scène leur quotidien pour en révéler le spectaculaire, c'est une activité libératoire, presque cathartique pour les jeunes. Sur la grande scène de la Cigalière à Sérignan, nombre d’entre eux nous ont ému et fait rire jusqu’aux larmes !».

Un orchestre au grand choeur

A Saint-Pons-de-Thomières, un beau projet a vu le jour. Une vingtaine d’enfants âgés de 7 à 12 ans participent à un orchestre amateur et découvrent la musique, à leur rythme.

Le cadre est somptueux. A la veille des vacances d’été, un groupe d’enfants s’apprête à donner leur premier concert en la cathédrale de Saint-Pons-de-Thomières. Ils viennent de toute la communauté de communes du Saint-Ponais, Minervois, Orb-Jaur, ainsi que de la Maison d’enfants à caractère social (MECS) Mon Oustal. Le projet durera trois ans, ils vont apprendre à jouer ensemble. La méthode est simple : avoir un contact immédiat avec l’instrument. Dans l’orchestre, Samiri est au violon, Paloma à la contrebasse, Salya à l’alto, Isabeau au violoncelle et le temps se suspend. Catherine Servant, éducatrice de jeunes enfants est ravie « Nous avons commencé il y a quelques jours et on voit déjà les enfants changer : plus de concentration, du respect, de la fierté, ça fait du bien ! ».

Ce partenariat entre le conservatoire de Béziers-Méditerranée, le Département de l’Hérault, la communauté de communes et la MECS Mon Oustal s’inscrit dans le cadre de Pouss’Culture. Cette opération départementale encourage l’accès à la culture grâce à des interventions artistiques dans les MECS. Pour faire vivre cet orchestre, Anne Challies, directrice de la Maison Mon Oustal, a réuni des enfants du territoire, des adultes et des enseignants du conservatoire : « Nous vivons une expérience unique grâce à la culture. J’aime faire bouger les lignes et je sais que l’approche artistique apporte beaucoup aux enfants ». Dès la rentrée, le groupe se réunira pour répéter lors de stages, pour se produire régulièrement devant un public déjà conquis.

« L’idée est partie d’une rencontre avec des musiciens boliviens. En Amérique du sud, la méthode « el sistema », mise en place par l’Etat, a permis de créer plusieurs orchestres avec des enfants qui ne connaissaient pas la musique. Notre démarche est différente mais elle permet au groupe de découvrir l’univers musical et aux enfants de la MECS de s’ouvrir à leurs camarades. Cet orchestre est une chance formidable d’apprendre à partager.»

Anne Challies, directrice de la Maison d’enfants à caractère social de Saint-Pons-de-Thomières
« La force de ce projet c’est de permettre à des enfants de différents horizons un accès à la culture et notamment la musique classique par l’écoute et la pratique. Cet élan commun est émouvant, nous verrons comment évolue cet apprentissage collectif au fil des mois.»

Véronique Calueba-Rizzolo, conseillère départementale à la solidarité, enfance et famille

A la rencontre du Hip-Hop

A Clermont l’Hérault, les adolescents de la MECS des Terres Rouges se sont vus proposer un stage de danse hip-hop au Théâtre le Sillon.

Pendant une semaine, les ados ont quitté leurs doutes pour s’exprimer et se révéler à travers la danse.

Une semaine de pratique et de création artistique, animée par le chorégraphe Hamid El Kabouss de la Compagnie MIM.H.